Accueil
  • Diapo
  • Diapo
  • Diapo
  • Diapo
  • Diapo
  • Diapo
  • Diapo
  • Diapo
AGENDA

MEDIATHEQUE MONTPEZAT : mois du film documentaire en novembre 2018

MEDIATHEQUE MONTPEZAT : mois du film documentaire en novembre 2018 - TOUT UN MOIS DE NOVEMBRE POUR VOYAGER, REVER, DECOUVRIR, RENCONTRER...

La médiathèque participe à cette opération depuis 11 ans et les séances proposées connaissent chaque année un succès et une fréquentation croissantes.

Cette animation est très fédératrice et les Montpezatiens et habitants des villages voisins sont chaque année toujours plus intéressés par la programmation de ce temps fort, idéalement situé à une période où les jours raccourcissent et où il est bon de s’évader et se passionner pour d’autres pays et d’autres genres.

Voici huit ans, elle a lancé un cycle de plusieurs années sur le thème du voyage et de la découverte de régions du monde. Après l’Amérique latine en 2011, les îles à travers le monde en 2012, la Chine et l'Asie de l'Est en 2013, le monde indien en 2014, L'Australie et la Nouvelle Calédonie en 2015, l'Asie centrale en 2016, le Proche et Moyen-Orient en 2017, ce sera LE GRAND NORD en 2018.

A travers la projection de films documentaires en présence des réalisateurs, une exposition de photographies prises par des habitants locaux voyageurs, des échanges et témoignages sur certains de ces pays, l’objectif est de donner à voir, entendre, découvrir sous différentes approches : ethnologiques, artistiques, environnementales, sociétales...

Pour la 2ème année, la manifestation est organisée en partenariat avec l'association culturelle et lieu de diffusion "La Messicole" à Montpezat.

Aussi, du fait de cette synergie, l'offre sera large, très étoffée, très animée et porte l'ambition de proposer d'autres regards sur des pays que la plupart des médias nous amènent souvent à réduire à une situation géopolitique conflictuelle. Des réalisateurs se succéderont en venant présenter leur film et échanger avec le public. Chaque projection donnera lieu à une discussion.

Bien entendu, il ne s'agira pas de traiter de manière complète tous ces pays et situations, mais seulement d'apporter des regards, points de vue et éclairages différents, propices aux échanges.

UN PROGRAMME RICHE ET VARIE / Entrée libre à toutes les séances / Séances se déroulant à la médiathèque - PROJECTI0NS DE 5 FILMS DOCUMENTAIRES

MARDI 6 NOVEMBRE
Nord Norvège – Spitzberg

14h : rencontre avec scolaires (et projection du film).
17h : projection tout public et débat.

"THE LIVING LONGYEARBYEN"
réalisation et production : Marie Geiser, Suisse, 52 mn, 2013. Narration en français avec séquences en VO soustitrée français.

EN PRESENCE DE LA REALISATRICE
A 78 degrés nord, portraits croisés d'une ville et de ses habitants. Balayée par les vents glacials de l'Arctique, à mi-chemin entre la Norvège et le pôle Nord, la dernière halte avant le bout du monde s'appelle Longyearbyen. Cette petite ville a la particularité d'accueillir les ressortissants de partout, sans permis ni visa. 44 nationalités sont ainsi représentées sur l'île.

Norvege mediatheque montpezat 2018

La seule condition pour pouvoir y rester est d'être capable de subvenir à ses propres besoins. A Longyearbyen, on n'est pas autorisé à naître, on ne devrait pas mourir non plus. C'est un lieu de passage, difficile à vivre mais aussi à quitter…

Autant de regards, de destins singuliers et d'histoires qui font la richesse de l'ancienne cité minère. Parmi eux : Christin, la Maire; Eva, la photographe; Samuel, le guide arctique; Brennan, le chauffeur de taxis et Torgeir, le météorologue.

L'AUTEUR REALISATEUR MARIE GEISER
Marie Geiser est née à Lausanne, en Suisse, en 1987. Elle étudie les arts graphiques et la communication à L ”Ecole Romande d Art et de Communication” et en sort “Conceptrice en multimédia” en 2008. ’ ’ De là, elle se dirige vers le montage vidéo, qu’elle pratique d’abord à son compte puis pour celui de la Télévision Suisse Romande.“The Living – Longyearbyen” est son premier film. Un documentaire né d’un coup de foudre, qui, un peu par hasard, a fait d’elle une réalisatrice.

Marie Geiser Mediatheque Montpezat 11 2018

Monteuse, réalisatrice, un peu touche-à-tout, Marie Geiser aime en effet surtout raconter des histoires et explorer les moyens d’y parvenir. Amoureuse de voyages, les paysages dépouillés et froids la fascinent, ils lui ont inspiré ses deux documentaires "The Living- Longyearbyen" et "Ekko Arktik" car, au-delà de leur beauté, ils ont le pouvoir de révéler les hommes.

VENDREDI 9 NOVEMBRE, 17h
Nord Canada

"UN DETROIT SURGI DES GLACES"
Réalisé par Yves Billy, 2007, France, Prod : Arte. Diff Andanafilms Lussas. 52 min, version française.

La fonte des glaces arctiques permet l’ouverture d’une nouvelle route maritime, un raccourci de 7000 km par rapport aux routes classiques via les canaux de Panama ou de Suez, entre l’Atlantique et le Pacifique dans un environnement particulièrement vulnérable... les enjeux sont colossaux. Une route dangereuse dont les pays industrialisés se disputent le contrôle.

Très soucieux de préserver la qualité de son environnement quasi vierge (la catastrophe de l'« Exxon Valdez » de 1989 dans l'Alaska voisin est encore dans toutes les mémoires), le Canada a légiféré mais doit lâcher du lest, ne serait-ce que parce qu'avec ses cinq navires garde-côtes, il n'a actuellement pas les moyens de surveiller cette immense zone.

Nord canada 11 2018 mediatheque montpezat

Du côté des habitants locaux, les Inuits qui, depuis 1999, disposent d'une autonomie politique, les avis semblent partagés ; certains y voient déjà des opportunités économiques et commerciales.

Avec ses splendides images de coque rouge sang crissant sur la glace et tranchant dans le blanc-manteau flottant, ses inserts de documents noir et blanc relatant l'expédition d'Amundsen au début du XXe siècle, ses vues d'hélicoptère et sa musique rythmée, le film de Yves Billy est beau et instructif, et il incite à réfléchir sur les choix de l'homme. « Pour la première fois, l'écologie vient de surgir dans la sphère de la géopolitique », résume l'auteur. Reste à savoir comment l'homme conciliera les deux.

L'AUTEUR REALISATEUR YVES BILLY
Yves Billy commence sa carrière de cinéaste en 1986. Il est ensuite l’auteur et le réalisateur de beaucoup de films documentaires aussi bien sur des faits de société que sur des situations géopolitiques révélatrices de l’état de notre monde.

VENDREDI 16 NOVEMBRE
Finlande, Nord Russie, toundra du Grand Nord

14h : projection et rencontre avec les scolaires.
17h : projection tout public et débat.

"PEUPLE NÉNETS : 7 CHANTS DE LA TOUNDRA" - Grand Prix du Festival de Créteil en 2000 - EN PRESENCE D'IRMELI DEBARLE spécialiste du cinéma finlandais
Réalisation : Anastasia Lapsuy & Markku Lhemuskallio, FINLANDE, 1999. Prod Babayaga films, Fata Morgana. Durée 1h30. VO sous-titrée français.

Les Nénetses, peuple proche des Inuits, habitent la toundra, tout au nord de la Russie. A travers sept légendes tirées du folklore Nénet, le film raconte l'histoire de ce peuple du Grand Nord, son adaptation à des conditions de vie extrêmes et sa résistance des années vingt à nos jours. En jouant leur propre rôle, tous souhaitaient faire connaître leur monde. C'est ainsi qu'est né de premier long métrage en langue autochtone Nenets.

Ce film visionnaire alerte sur les dangers de la disparition des peuples du grand nord ayant pour cause la sédentarisation plus ou moins forcée par l'Empire soviétique et la culture mondialisée et aseptisée. Les 7 chants de la toundra sont : terre des nénetses, sacrifice (du renne), la fiancée, un esprit indépendant (soviétiques voulant réquisitionner les rennes d'un nomade nénet), Dieu (Lénine et les nénetses envoyés à la guerre), Ennemis du peuple (les russe dissidents du régime, exilés et leurs voisins nénetses), Syako (l'école), berçeuse nénets.

Auteur lapsuy mediatheque montpezat 11 2018LES AUTEURS REALISATEURS
Anastasia Lapsuy et Markku Lehmuskallio réalisent ensemble depuis 30 ans des films qui sont la chronique de l’histoire et la vie quotidienne des divers peuples de Sibérie, du Groënland, du nord du Canada et de Scandinavie. Ces deux passionnés s’unissent pour inventer un cinéma de résistance, où la fulgurante beauté des images est habitée par le souffle des mythes immémoriaux.

Anastasia Lapsui
Née en 1944 dans les toundras de la péninsule de Lamal (Sibérie du nord-ouest), elle a longtemps animé à la radio des programmes dans sa langue maternelle. Après avoir collecté le folklore pour transmettre le nénètse à son fils face à un système éducatif russisé, elle traduit également des contes de Pouchkine dans sa langue. Première journaliste de son peuple, elle a rencontré Markku Lekhmuskallio venu tourner un film sur les Nénètses et depuis elle vit en Finlande.

Markku Lehmuskallio
Markku Lehmuskallio a choisi de rester fidèle et sans compromis à son parcours ce qui l’a mis un peu à l’écart des cercles des intimes du cinéma finlandais. Ainsi son chemin cinématographique l’a-t-il conduit chez les Sami en Laponie et plus tard chez les peuples sibériens dont il nous fait découvrir la vie dans la tourmente de l’histoire.

En ce moment Markku Lehmuskallio et Anastasia Lapsuy sont en phase de montage d'un documentaire sur les Nénètses à travers leurs chants.

Debarle mediatheque montpezat 11 2018IRMELI DEBARLE, spécialiste du cinéma finlandais viendra présenter le film et ses auteurs.
Irmeli Debarle oeuvre depuis plusieurs années pour la promotion en France du cinéma de son pays, la Finlande. Elle a soutenu sa thèse consacrée au cinéma finlandais en 2013 à l’université de Paris 1. Elle a travaillé sur de nombreux films du réalisateur finlandais Aki Kaurismäki depuis le début de sa carrière en 1985 et s’occupe depuis une dizaine années de faire connaître en France les films du couple de documentaristes Markku Lehmuskallio et Anastasia Lapsuy.

Depuis 2008, elle organise chaque printemps au cinéma Reflet Médicis à Paris la manifestation « La Finlande en 3 Films ».

MARDI 20 NOVEMBRE, 17h
Inuit Québec grand nord canadien

"NALLUA"
Réalisation Christian Mathieu Fournier. Production les vues du fleuve. Diffusion spira Québec Canada, Québec, 2015, 76 min, version originale Inuktitut sous-titré français.

PRIX DU MEILLEUR DOCUMENTAIRE CANADIEN Festival international de cinéma et d'art de Percé Les Percéides.
PRIX MENTION SPÉCIALE JURY : Babel Film Festival, Cagliari, Italie.

Ruth Sangria est la toute dernière survivante du village de Qarmaarjuit qui, en 1943, a vu 27 personnes, soit plus de la moitié de sa communauté, trouver la mort dans d’étranges circonstances. Ruth, Rhoda et Elisapie bâtissent avec leurs petits-enfants une relation intergénérationnelle unique pour assurer la survie des traditions dans leur communauté. Plus d’un demi-siècle plus tard, Ruth, accompagnée d’Elisapie, une membre de la famille qui l’a recueillie à l’époque, retourne sur les lieux de la tragédie, en plein coeur de l’île de Baffin, dans le Grand Nord canadien.

Ce voyage sur leur terre natale représente pour ces deux femmes Inuits une réponse à leurs origines et un devoir de mémoire. Retourner sur leurs lieux d’origine, de revivre avec eux leur enfance, leur permet de poser un regard sur le passé, mais aussi le présent et le futur.

Quebec nallua mediatheque montpezat 11 2018

Le devoir de mémoire est un acte par lequel on empêche un événement de sombrer dans l’oubli. Avec son film “Nallua”, le cinéaste et documentariste Christian M. Fournier exerce ce principe dans sa forme la plus extrême, pour ne pas dire la plus pure. (...) Les images de ce périple sont d'une beauté hallucinante, mais sont aussi très poignantes. Très silencieux, souvent contemplatif, ancré dans le quotidien des Inuits, “Nallua” n'a pas peur d'exposer les éléments qui menacent la survie de ce peuple. (...) Et le devoir de mémoire des Inuits pour leurs martyrs est beau à voir. André Duschene, La Presse.

Prix du meilleur documentaire canadien (ONF – LES PERCÉIDES)
«Parce que ce documentaire est extrêmement émouvant, parce qu’il porte un regard humain sans complaisance. Parce que ce film nous permet d’être proches des personnages, et de vivre un peu avec eux, dans leur présent tout en comprenant leur passé. Parce qu’il émane de ce film le portrait d’une communauté qui vit sa suite du monde en pansant ses blessures, pour sa caméra à hauteur d’homme et son montage doux et intelligent.» Jury Festival international de cinéma et d'art de Percé Les Percéides

Bien des documentaires évoquent les problèmes de consommation, de violence ou la détresse des Inuits. Quelques cinéastes ont bien tenté de dessiner un portrait plus nuancé, mais peu ont atteint le degré de véracité de Nallua.

Le documentaire ne porte pas de jugement, il témoigne d'une réalité. La principale force de ce documentaire empreint de respect réside dans la capacité qu'a eue le réalisateur de mettre ses interlocuteurs en confiance, les filmant dans leur quotidien. Les confidences et les discussions sont franches. Les femmes s'inquiètent de la disparition de leur mode de vie traditionnel, des difficultés à transmettre leur héritage ainsi que du manque d'entraide et de l'oisiveté qui rongent maintenant leur peuple, en particulier les jeunes.

Leur plaidoyer est clair: l'autosuffisance est un mode de vie alors que l'assimilation conduit à la déprime, l'ennui et la tristesse. Beaucoup de jeunes perdent espoir et même leur vie.

Mémoire collective
Nallua montre ses problèmes, mais n'insiste pas. La parole des aînées fait foi de tout. La caméra fait devoir de mémoire collective alors que celle-ci s'estompe. Elle saisit aussi au passage de magnifiques images du Grand Nord - montagnes, océan, icebergs. Nallua se veut un film très contemplatif. Ce documentaire aux images aussi belles que porteuses de sens poursuit le devoir de mémoire de ses protagonistes, témoins privilégiés de ce drame mystérieux qui serait dû à un empoisonnement collectif. En racontant les circonstances de cet événement funeste et historiquement méconnu, le film relie le passé au présente et permet surtout de mieux comprendre à quel point la survie de la culture inuite semble fragilisée et que les problématiques sociales sont lourdes à porter pour les peuples nordiques.

LE REALISATEUR Christian Mathieu Fournier
Son expérience en cinéma documentaire débute en 2002 avec le film MAUDITE MACHINE ! un portrait humain sur l'univers des joueurs compulsifs à la loterie vidéo-poker. En 2004, son film MAKE MONEY, SALUT BONSOIR ! portant sur les travailleurs victimes de la bérylliose à la mine Noranda de Murdochville lui vaut le prix du Public et le prix Enviro au Festival de films de Portneuf sur l'environnement. Il enchaîne ensuite avec LÉANDRE BERGERON, AVEC CONVICTION SANS ESPOIR (2008), et en 2012, L'ANGE DES GRONDINES (Prix du Public au FFPE ).

Fornier mediatheque montpezat 11 2018

En 2015, NALLUA lui vaut une Mention spéciale du jury au Babel Film Festival, en Italie, et le Prix du meilleur documentaire canadien au Festival International de cinéma et d'art de Percé. Depuis, le film bénéficie d’une présentation remarquée dans plus de 12 festivals nationaux et internationaux.

VENDREDI 23 NOVEMBRE
Laponie

RENCONTRE-TEMOIGNAGE AVEC JEAN-MARC BESNIER et Thierry Dubois
14h : Séance pour scolaires.
17h : tout public.

Jean-Marc Besnier a parcouru trois fois la Laponie finlandaise et deux fois la Laponie suédoise (4 à 500 kms) chez les Samis, en pulka. Il en a ramené de magnifiques images de nature et un film de 40 mn. Une exposition du matériel utilisé pendant les treks sera visible et commenté.

Besnier mediatheque montpezat 11 2018JEAN-MARC BESNIER
Jean Marc Besnier, est artisan du bois depuis 2006 après un parcours quelque peu atypique. Diplômé d'un CAP menuiserie, il part exercer ce métier en Haute Savoie principalement comme menuisier-charpentier puis en Suisse comme charpentier.

Tombé sous le charme des Gorges de l’Ardèche, il décide, avec un ami, de créer sa propre entreprise de location de canoë kayak en sud Ardèche. C'est 23 ans plus tard que l'appel du bois est devenu plus fort que tout et le voici à nouveau, outils en main, prêt à relever le défi de rénover intégralement le mécanisme d'un moulin à eau, puis de fabriquer des traîneaux à chiens, des luges, des cabanes, ou encore remettre en état ou réaliser des parquets, terrasse de piscine etc...

Passionné du grand nord, il parcourt régulièrement les terres gelées des pays nordiques en traîneaux à chiens ou en pulka, cela lui permet également de tester ses créations en condition réelle. “L'histoire des traîneaux commence en 2003, lors de la préparation d'une expédition en Laponie Finlandaise, je réalise alors mon premier traîneau que je baptise INARI. Finalement, 2 expéditions verront le jour. La première en 2005, environ 500 km parcourus dans le Nord Est de la Laponie Finlandaise et la seconde en 2006, 400 km dans le Nord Ouest. Bien qu'étant chargé d'environ 200 kg de bagages, le traîneau rentrera en France en n'ayant subi aucun dommage. A l'issue de ces expéditions et compte tenu de la demande, je dessine alors quatre nouveaux modèles et décide de les commercialiser.”

MARDI 27 NOVEMBRE
Islande

“PEREGRINATIONS ISLANDAISES, avril mai 2018” PAR PHILIPPE LA COUR, photographe / DIAPORAMA COMMENTÉ PAR L’AUTEUR

14h : projection et rencontre avec les scolaires.
17h : projection tout public et débat.

Islande mediatheque montpezat 11 2018

Philippe La Cour, photographe, est parti en Islande ce printemps, seul et en autonomie, avec l’objectif de s’immerger dans la nature pour en ramener des photographies exprimant au plus près les émotions qu’il a ressenties au contact des animaux, des paysages et des gens. Aventure qu’il racontera à travers de magnifiques images. Après la projection, il répondra aux questions du public.

philippe La Cour mediatheque Montpezat 11 2018PHILIPPE LA COUR
“J’ai toujours été fasciné par la beauté de la nature libre et sauvage. Au plaisir d’observer s’ajoute le besoin de transmettre. La photographie ou “l’art de saisir la lumière” est un des moyens d’expression qui permet de partager avec authenticité les instants vécus.

Je passe des heures sur le terrain à longueur d’année et par tous les temps, toujours avec respect et discrétion, en affût ou en billebaude.

Une part importante est accordée à l’immersion dans le milieu afin d’être le plus en harmonie avec les sujets photographiés, il arrive souvent aussi que la contemplation du spectacle prenne le dessus sur la prise de vue… Biologiste de formation, la Nature est mon autre passion. Elle m’a amené à m’intéresser particulièrement à la faune, à la flore et aux paysages.

Tout en continuant à parcourir les régions françaises , je m’intéresse désormais aux territoires du Nord pour leur climat, leur faune et leur flore, mais aussi pour la pureté des ciels et les lumières exceptionnelles, moins contrastées que sous nos latitudes.

A travers mes images, moi qui fus longtemps maître d’école, j’espère contribuer à émerveiller et sensibiliser petits et grands à la préservation de cette nature qui nous fait vivre…”


VENDREDI 30 NOVEMBRE, 17h
Arctique canadien

« JE REVIENDRAI COMME UN ENFANT »
réalisation : Christian Merlhiot, 1h30, 2013. Prod : pointligneplan. VO sous-titrée français

Synopsis : Une petite communauté inuit de l'Arctique canadien. Nasri est venu rencontrer les habitants d'Igloolik, descendants d'une société de chasseurs aujourd'hui sédentaire. Dans ce village, il découvre que l'esprit des morts est indissociable du monde des vivants et comprend l'importance des noms hérités des ancêtres et transmis de génération en génération.

Je reviendrai comme un enfant est sorti en salle le 26 février 2014. Tourné à Igloolik (Nunavut, Canada) en 2009, il questionne la notion de genre à travers la transmission du Nom chez les Inuits. Ce film est accompagné d'un court métrage d'animation, Ningiuq (L'Aînée), réalisé d'après un entretien avec la doyenne d'Igloolik.

Merlhiot mediatheque montpezat 11 2018LE REALISATEUR CHRISTIAN MERLHIOT
Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l’École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. En 1995, il est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome où il réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d’art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges, avant d'être responsable du Pavillon Neuflize OBC, le laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est l’un des membres fondateur de pointligneplan.

+ D'infos / Renseignements : 

DURANT TOUT LE MOIS DE NOVEMBRE : 
EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE DES PAYS DU GRAND NORD – Alaska, Sibérie, Groenland, Spitzberg, Nord des pays suivants : Canada, Russie européenne, Norvège, Suède, Finlande. VISIBLE A LA MEDIATHEQUE aux heures d’ouverture au public (mardi 17h/19h, mercredi 9h/12h, 14h/18h, jeudi 9h/12h, vendredi 9h/12h, 15h/19h, samedi 9h/12h). Entrée libre.

Photographies de professionnels et d’amateurs voyageurs ardéchois.

Renseignements
Médiathèque de Montpezat, tél 04 75 87 29 41.
bm-montp@inforoutes-ardeche.fr
www.montpezatsousbauzon.fr

La médiathèque et l’association la Messicole, à Montpezat, sont partenaires dans ce mois du film documentaire, sur le même thème du grand Nord.

Voici le programme de la Messicole :

Samedi 10 novembre, 20h30 : Angry Inuk d’Alethéa Arnaquq-Baril.
Samedi 17 novembre, 20h30 : Les derniers rois de Thuléde Jean Malaurie (sous réserve).
Dimanche 25 novembre, 20h30 : ciné-concert. Nanouk l’esquimau de Robert Flaherty avec le Quatuor Valérie Cordin.

Plus de détails et d’information : www.messicole.fr


MOTS-CLÉS
Cinéma
EN ARDÈCHE
CHARPENTES, COUVERTURES - JC GLEYSE
Construction
SARL DIABOLICOM
Publicité, web & informatique
MIROITERIE VIVARAISE
Volets, Stores & Vérandas
PETITES ANNONCES
faire proposition. €
aubenas
300 €
Lesperon
3900 €
Rue
>> Voir toutes les annonces <<
GITES EN ARDECHE
Domaine du Planas - D359
07200 Ailhon
Chassargues
07380 Prades
Hameau La crotte
07260 Rosières
>> Gites Ardèche <<

Publicité sur Planète-Ardéchoise.com

Planète Ardéchoise vous aide à communiquer
En savoir +

Informations Utiles

Contactez-nous
Annoncer un événement
Mentions légales
C.G.U.
Modalités de publication de vos avis
Restaurants en Ardèche
Partenaires
PLANETE-ARDECHOISE.COM
Conception DIABOLICOM
1 Chemin de côte chaude 07600 Vals les Bains
Tél : 04 26 62 20 36
Copyright © 2010 - 2019 • Tous droits réservés
 
LES MANDRINOTS - Rock Celtique
In&Fi Crédits Aubenas
SABATON
AC COUTURE
COMITÉ FOIRE ET SALON ARDECHE
MAISON DE LA PRESSE AUBENAS
PATISSERIE DIDIER LAURENT
CENTRE CULTUREL LES QUINCONCES
DENIS BECAUD - Le Gentleman Troubadour
CHARPENTES, COUVERTURES - JC GLEYSE
ASA ARDECHE
CULTURELA franchisé FNAC et COLOR'I
LES STORES DU VIVARAIS
NADI YOGA, CONSTELLATIONS, REIKI à L'ESPACE SAMA
SYLVAIN AGENCEMENT
RISK SOLUTIONS Meyssonnier Assurances
OLIVIER TAXI - Aubenas, Ucel, Vinezac
MIROITERIE VIVARAISE
SALON SOLANGE COIFFURE
BOUCHERIE, CHARCUTERIE - EVESQUE CHRISTIAN
SARL DIABOLICOM
Photo Guide